Quelles solutions pour les problèmes d’orientation des jeunes aujourd’hui ?

Dès le plus jeune âge, l’enfant entend la fameuse question : « Qu’est-ce que tu voudrais faire comme métier plus tard, quand tu seras grand ? ». La question peut sembler banale, sans enjeux et la réponse dans la plupart des cas est immédiate ; elle repose sur des stéréotypes. En effet, les garçons rêvent de devenir footballeur professionnel, pompier, pilote d’avion et les filles rêvent de devenir maîtresse, vétérinaire ou chanteuse. Mais au fil du temps, en fonction des résultats scolaires et des choix de chacun, des voies s’ouvrent et d’autres se referment.

L’orientation scolaire n’est pas un long fleuve tranquille et dès le plus jeune âge (avec les parents) on est confronté à des choix : « Est-ce que je dois choisir une seconde générale ou aller dans un lycée professionnel ? Est-ce que je dois choisir une filière littéraire, économique ou scientifique ? Est-ce que je dois aller en classe prépa, à l’université ou en école de commerce ? »…

La liste est très longue et il est difficile pour certains de savoir ce qui les engage dans une voie plutôt qu’une autre. Par ailleurs, lors de ces moments décisifs pour notre orientation nous ne sommes jamais vraiment seuls puisque nous sommes souvent accompagnés par nos frères, nos sœurs et nos parents. En fonction de leurs expériences, leurs réussites ou échecs, leur vision du monde, de ce qu’ils pensent de « bien » ou de « mal » pour nous, ils influencent notre prise de décision quand l’heure des choix arrive. Aussi, que ce soit au collège ou au lycée, des professionnels de l’orientation sont présents pour informer mais malheureusement les postes sont trop peu nombreux (environ 5300 dans toute la France).

Ainsi un jeune sur deux avoue-t-il être insuffisamment accompagné par son établissement concernant l’orientation et 68% des 18-25 ans déclarent que l’orientation est une source de stress. Faire le choix d’une formation reste un moment crucial dans la vie d’un jeune ou d’un étudiant. Malheureusement, près de 4 étudiants sur 10 se réorientent après la première année d’étude supérieure.

Ce chiffre peut paraître surprenant car nombreux sont les acteurs sur le marché de l’orientation qui se proposent d’aider les jeunes à trouver leur voie. Salons de l’orientation, coaching privés, entretiens sur mesure sont des solutions connues pour trouver sa formation en fonction de sa personnalité et de ses goûts. Alors peut-être, pouvons-nous nous demander si toutes ces solutions connues aujourd’hui sont adaptées à la nouvelle génération ? Oui cette génération qui est née avec les réseaux sociaux (Instagram, TikTok, Snapchat, Facebook..) et qui consomme différemment l’information. Car en se posant cette question nous pouvons en déduire que ces solutions peuvent présenter certaines limites..

Aller à un salon d’orientation n’est pas aussi simple

En effet, aller à un salon d’orientation demande avant tout du temps et de moyens que beaucoup d’élèves et étudiants n’ont pas. La plupart des salons ont lieu les week-end où bon nombre de jeunes sont occupés par des jobs d’appoint qui leur permettent de financer leurs études.

Aussi, les coûts liés aux déplacements dans les salons d’orientation constituent un frein pour un certain nombre de jeunes habitants dans des contrées lointaines.

S’ajoute par ailleurs, le caractère expéditif des échanges avec les établissements exposant en raison de l’affluence du public.

Participer aux journées portes ouvertes des écoles n’est pas non plus évident ?

Beaucoup de futurs bacheliers et étudiants sont confrontés chaque année à des choix de formations proposées par un ou plusieurs établissements d’enseignement supérieur, dont la plupart sont assez éloignés de leurs lieux de résidence ou situés dans plusieurs villes différentes. Ce qui, comme pour les salons d’orientation, limite leurs possibilités de participer aux JPO organisées par ces établissements.

Pour aider les jeunes à construire et réussir leurs parcours académique ne devront nous pas insister sur deux notions essentielles pour être en phase avec les besoins de la nouvelle génération qui sont : l’accessibilité et la qualité?
En effet la qualité est primordiale car une information n’a de valeur que si elle émane d’une source fiable. Il faut aider les jeunes à interagir avec des interlocuteurs certifiés, sur les établissements et les formations de leurs choix en rendant accessible l’information à tous les apprenants, de partout et à tout instant comme sur les réseaux sociaux qu’ils ont l’habitude d’utiliser.

Articles récents

Le kit de survie du lycéen et de l’étudiant

A PROPOS

Qui sommes-nous ?

Nous contacter

Politique de Confidentialité

Mentions légales

Espace presse

SOLUTIONS

Pour les étudiants

Pour les établissements

Pour les recruteurs